Baromètre FIDUCIAL de la Sécuritésûreté - malveillance

Vous êtes ici : 

Baromètre FIDUCIAL de la Sécurité

Edité le : 11/04/2018

Alors que les mesures du gouvernement se multiplient pour rassurer les Français quant à la garantie de leur apporter protection et sécurité, 57 % d’entre eux estiment que l’une des conditions de réussite de cet objectif est de parvenir à une meilleure collaboration entre les forces de l’ordre (police / gendarmerie) et les acteurs de la sécurité privée. 
Dans la lutte contre le harcèlement, 83 % approuvent la proposition de loi présentée par Marlène Schiappa, même si la grande majorité la juge difficilement applicable sur le terrain.

La confiance envers le gouvernement s’effondre après l’attentat du Super U

10 jours avant les attentats de Trèbes et Carcassonne, près d’un Français sur deux (49 %) faisait confiance au gouvernement pour assurer sa sécurité face au terrorisme. Réinterrogés au lendemain de cette tragédie (les 28 et 29 mars), les Français ne sont plus que 41 %, soit une baisse de 8 points. C’est aussi le plus bas niveau enregistré depuis la création du baromètre au mois de mai 2016.   

61 % des Français affirment se sentir sou-vent ou de temps en temps en insécurité.

Une volonté de collaboration de l’ensemble des acteurs  de la chaîne sécuritaire

Le ministre de l’intérieur, Gérard Collomb, a annoncé le 5 février dernier la création d’une mission parlementaire visant à renforcer la place du secteur privé dans la sécurité et à développer les collaborations entre la police/gendarmerie et les acteurs de la sécurité privée.

66 % des Français approuvent cette dé-marche et 64 % estiment que des tâches qui ne rentrent pas dans le cœur de métier des forces de l’ordre peuvent être confiées à des agents de sécurité privée.

Les Français voient de nombreux avantages dans cette collaboration renforcée :

77 % estiment qu’elle permettrait aux policiers et aux gendarmes de se consacrer à des tâches à plus forte valeur ajoutée pour lesquelles ils ont été spécifiquement formés et 66 % qu’elle dégagerait plus de temps aux forces de l’ordre pour la prévention et le dialogue avec les citoyens.

68 % pensent qu’elle permettrait de confier certaines missions, comme des expertises juridiques et informatiques, à des acteurs privés spécialisés dont les compétences ne sont pas disponibles dans le secteur public.

57 % jugent qu’elle engendrerait des économies.

Parmi les missions qu’il serait possible de déléguer, les Français approuvent massivement l’idée de confier à des entreprises privées la garde statique des bâtiments officiels (63 %) et la sécurité des écoles (62 %). La majorité d’entre eux sont aussi favorables à la réalisation de patrouilles mixtes sur la voie publique avec les forces de l’ordre (54 %) et au contrôle du stationnement par des entreprises privées (51 %). Par contre, ils rejettent massivement le contrôle de la vitesse des automobilistes (71 %) et le contrôle d’identité (60 %).

Une bonne image des agents de sécurité mais un refus du port d’arme à feu

59 % des Français ont une bonne opinion des agents de sécurité privée. Dans le détail, ils les jugent « sérieux » (62 %), « compétents » (57 %) et « efficaces » (56 %) et, loin d’être « agressifs » (60 % ne leur prêtent pas ce défaut), « intrusifs » (56 % pas d’accord) ou « irrespectueux » (63 % pas d’accord). Enfin, ils jugent ces agents « rassurants » (57 %).

Si les deux-tiers des Français (64 %) souhaitent que l’on autorise les agents de sécurité à porter une arme de type matraque ou bombe lacrymogène, ils sont opposés au port d’arme à feu dans les lieux sensibles hormis dans les gares et aéroports (52 % favorables). Ce refus est particulièrement marqué dans les écoles (68 %), les lieux de culte (66 %) et les lieux de divertissement comme les parcs d’attractions ou les enceintes  sportives (62 %).

La loi contre le harcèlement , plus facilement applicable dans les centres commerciaux

Dans un contexte marqué par l’affaire Weinstein et à ses répercutions à l’échelle mondiale, la quasi-totalité des Français (83 %) approuve la création d’une nouvelle loi visant à sanctionner le harcèlement dans ses différentes formes.

Par contre, ils sont convaincus – comme l’ont également exprimé de nombreuses associations de victimes et syndicats de policiers - que cette loi sera bien difficile à appliquer et en premier lieu dans la rue (74 %) mais aussi dans les lieux de divertissement (69 %), les transports (63 %) et les centres commerciaux (58 %)

S’il paraît bien irréaliste de poster un po-licier à chaque coin de rue pour constater un fait de harcèlement, les Français voient dans la présence des agents de sécurité dans les lieux fréquentés et devant les portes des magasins une solution pour appliquer cette nouvelle loi et sanctionner les harceleurs. Pour ce faire, ils adhèrent à un élargissement des prérogatives des agents de sécurité privée :

stopper les personnes coupables de harcèlement en attendant l’arrivée de la police (81% de Français favorables)

arrêter des suspects pour les remettre à la police (73 %)

procéder à une pré-plainte pour faire gagner du temps à la police (68 %)

verbaliser les personnes coupables de harcèlement » (52 %).

Méthodologie de l’étude

Ce baromètre rend compte de l’enquête conduite par Odoxa pour le compte de FIDUCIAL et réalisée par Internet les 14 et 15 Mars 2018 auprès d’un échantillon représentatif de 1 002 Français âgés de 18 ans et plus. La représentativité de l’échantillon est assurée par la méthode des quotas appliqués aux variables suivantes : sexe, âge et profession de l’interviewé après stratification par région et catégorie d’agglomération.

FIDUCIAL                  

FIDUCIAL est le leader des services pluridisciplinaires aux petites entreprises, artisans, commerçants, professions libérales et agriculteurs. Créée en 1970 par Christian Latouche, son fondateur et actuel Président, FIDUCIAL s’est développée grâce à une dynamique de croissance ininterrompue depuis plus de 45 ans. En Europe, ses 11 000 collaborateurs servent 275 000 clients.

La mise en commun des savoir-faire au sein de FIDUCIAL lui a permis d’acquérir une expertise complète dans les métiers du droit, de l’audit, de l’expertise comptable, de la banque et du conseil financier, de l'informatique et de la technologie, de la sécurité, de l’immobilier et du monde du bureau.

Présente sur tout le territoire national avec une agence tous les 30 kilomètres, FIDUCIAL est le véritable partenaire des chefs d’entreprise et, grâce à son offre globale, leur permet de se consacrer pleinement à leur métier.

Contacts presse  :  Agence CorioLink - https://www.fiducial.fr/Articles-et-dossiers/Barometre-FIDUCIAL-de-la-Securite/Barometre-FIDUCIAL-de-la-Securite-7e-edition